Développement des énergies renouvelables

Développer les énergies renouvelables

Vis d’Archimède, entièrement fabriquées en Alsace, installées sur les écluses du canal du Rhône au Rhin déclassé.

Vis d’Archimède, entièrement fabriquées en Alsace, installées sur les écluses du canal du Rhône au Rhin déclassé.

Les énergies renouvelables constituent le pilier du développement énergétique durable. Non seulement elles n’émettent pas de gaz à effet de serre, contribuent à diminuer notre empreinte carbone mais ont un « contenu emploi » infiniment plus fort que les autres énergies.

Le département du Haut-Rhin dit oui aux énergies renouvelables mais pas à n’importe quel prix

Les énergies d’origine hydraulique ou éolienne, bien qu’estampillées vertes et durables, ne présentent pas que des avantages. Ainsi les micro-barrages, en empêchant la circulation des poissons migrateurs, ou les éoliennes dès lors qu’elles se trouvent sur des axes migratoires pour l’avifaune, peuvent avoir des conséquences extrêmement néfastes sur la biodiversité. Privilégier ces énergies, sous prétexte qu’elles sont renouvelables, reviendrait à donner la priorité à l’intérêt particulier au mépris de l’intérêt général. Un choix qui n’est pas celui du Conseil départemental du Haut-Rhin. Aucun gisement potentiel d’énergie verte, éolien, solaire, biomasse, méthanisation, géothermie… ne sera négligé. Mais chaque projet bénéficiera au préalable d’une expertise complète afin d’en évaluer la parfaite cohérence.

Les moulins du XXIe siècle

L’équipement des écluses du canal du Rhône au Rhin avec des micro-centrales hydroélectriques ne présentait lui que des avantages. Déclassée en tant que voie navigable en 1966, la section du canal du Rhône au Rhin comprise entre l’Ile Napoléon et Kunheim a été rachetée 3 ans plus tard par le Département du Haut-Rhin. Les écluses du canal offrent l’opportunité d’installer une dizaine de microcentrales hydroélectriques dont les trois premières ont vu le jour en 2014.

Une micro-centrale se compose d’une vis d’Archimède couplée à un générateur électrique qui fabrique le courant. Entièrement en inox, les vis font 2,5 m de diamètre et sont dimensionnées pour un débit moyen de 2,8 m3/sec. Le débit constant du canal du Rhône au Rhin permet à ces micro-centrales de fonctionner tout au long de l’année à l’exception d’une vingtaine de jours d’arrêt pour cause d’entretien.

En chiffres

430 000 kWh : production moyenne attendue sur chaque site
1 100 personnes alimentées en courant électrique
877 tonnes de CO2 économisées
L’énergie produite par ces trois turbines compense l’énergie consommée par les voitures de service des agents du conseil départemental pour l’ensemble de leurs déplacements professionnels annuels.

Made in Haute-Alsace

Suite à la consultation européenne lancée fin 2013 par le conseil départemental, les travaux ont été confiés à la société Schlumberger à Guebwiller. L’entreprise a remporté l’appel d’offres en proposant un système original, entièrement démontable.
Elle a d’ailleurs déposé un brevet pour ce système qui est appelé à être commercialisé partout dans le monde. D’autres entreprises haut-rhinoises ont également participé à la construction de ces vis d’Archimède, entre autres Concental à Carspach et Hameca à Richwiller.