Les actions du Conseil départemental du Haut-Rhin

MOUSTIQUES : Agissez avant d’être piqué !

MOUSTIQUES : Agissez avant d’être piqué !

L’été approche avec ses belles soirées chaudes, à partager de bons moments en famille ou entre amis. Le bonheur serait absolu si les petits bbzzz, incessants, ne se faisaient pas entendre et si on ne passait pas notre temps à se faire piquer par d’affreux moustiques !

Vous ne le saviez peut-être pas mais le Haut-Rhin bénéficie d’un service de démoustication au sein de la Brigade Verte. Il agit pour le compte du Conseil départemental, dans 9 communes (Ungersheim, Feldkirch, Bollwiller, Staffelfelden, Pulversheim, Richwiller, Wittelsheim, Rosenau et Saint-Louis). La lutte est encadrée par un arrêté préfectoral et consiste à mettre en œuvre des traitements dans les milieux où profilèrent les larves de moustiques, notamment dans les marais et zones humides, pour limiter les nuisances subies par les riverains. Les moustiques ont un organe piqueur et font généralement moins d’1cm. Ils sont de couleur allant du brun au noir et présentent souvent des taches ou des anneaux clairs. Avant de voler et de piquer, les moustiques se développent dans l’eau, sous forme de larves. C’est à ce moment qu’il faut agir, avant l’émergence.

illus-moustiques

Dans des conditions optimales, un cycle de reproduction du moustique
peut être réalisé en moins de 7 jours.

Traiter pour limiter les nuisances

Equipés de combinaisons, bottes et pulvérisateurs à dos, Thomas Krebs, Rémy Hava et Philippe Bindler du service démoustication interviennent à l’aide d’un larvicide d’origine biologique. Le larvicide, appelé Bti,  est une bactérie naturellement présente dans le sol. Ingérée par la larve lors de son alimentation, elle provoque la destruction de son tube digestif entraînant ainsi sa mort. Ce produit très sélectif n’affecte que les larves de moustiques dans les eaux stagnantes et a une très faible rémanence dans l’eau (dégradé après 24 à 48h). Plus ponctuelles, les interventions héliportées permettent de traiter d’importantes surfaces en peu de temps mais cela engendre un coût plus élevé. Enfin, là où cela est possible, une gestion intelligente des niveaux d’eau peut limiter voire même remplacer les traitements larvicides.

 MAG53_P14_03-300x200Traitement larvicide par pulvérisation.
Des granulés peuvent également être épandus à la main ou à l’aide d’un atomiseur.

Le moustique tigre détecté mais pas installé !

Aedes albopictus surnommé moustique « tigre » est originaire d’Asie du Sud-Est et colonise depuis une dizaine d’années tous les continents. Depuis 2004, les habitants du sud de la France ont appris à le connaître à leurs dépens : très petit, agressif, avec une capacité de prolifération forte, c’est un moustique très « nuisant ». On le reconnaît par sa très petite taille, sa couleur noire tachée de blanc, sa bande blanche sur le dos et ses pattes striées. Il est surveillé de près, car il est le principal vecteur de la dengue et du chikungunya.
En 2014, des détections ont été faites un peu partout en France, notamment en Alsace. Mais attention, détection ne veut pas dire installation. Tout est mis en œuvre pour éviter que cet hôte indésirable ne s’implante. L’an dernier, il s’est implanté dans l’agglomération de Strasbourg et à Fribourg-en-Brisgau. Le Haut-Rhin est pour l’instant indemne malgré des signaux ponctuels.
Ces moustiques prolifèrent à proximité de l’Homme, les jardins sont leurs lieux de prédilection. Toute eau laissée stagnante peut permettre son développement : fût de récupération d’eau, arrosoir, brouette, pneu, jouets d’enfant peuvent servir de gîte aux larves de moustiques. Pour lutter efficacement contre l’installation de ce moustique, éviter l’eau stagnante !

 

MAG53_P14_04-200x300

Outre le suivi entomologique, l’identification des larves,
au microscope, permet de cibler les moustiques réellement nuisibles.

 

Si vous pensez avoir trouvé un moustique « tigre » chez-vous, un portail du Ministère de la Santé permet de le signaler : www.signalement-moustique.fr

 


 

MAG53_P14_05-200x300

Max Delmond,
Conseiller départemental du canton de Saint-Louis

 

« Mieux vaut prévenir que guérir »

Les communes concernées par la lutte anti-moustiques sont désignées par arrêté préfectoral. Mais il est tout à fait possible pour les particuliers de saisir directement la Brigade Verte qui effectue un travail de surveillance et de traitement grâce à l’intervention des démoustiqueurs. Celle-ci ne se limite pas à la pulvérisation mais s’accompagne de conseils et d’informations sur des gestes préventifs individuels. En qualité d’élu, je suis particulièrement attentif à cet aspect dans le contexte de l’apparition du moustique-tigre dans l’est de la France. L’équipe de démoustication assume un travail de fond régulier dans les espaces naturels et périurbains, avec des moyens techniques sélectifs et respectueux de l’environnement, mais aussi un travail d’anticipation auprès des habitants et riverains, à la fois pour la lutte contre les nuisances et pour l’apprentissage de sa prévention. Le bien-être, au quotidien, de nos habitants reste une priorité.

N’hésitez pas à contacter la Brigade Verte au 03 89 74 90  ou operationmoustiques@wanadoo.fr – www.brigade-verte.fr/demoustication

Pour une lutte efficace, adoptez les bons gestes et téléchargez la plaquette